Mots-clés

, , , , ,

Madame Martine Aubry, Maire de Lille, vient de décider d’annuler la Braderie de Lille.
Loin de moi l’idée de porter un jugement sur cette décision qui concerne plusieurs centaines de milliers de personnes.

En revanche, il m’appartient, avec les élus de la ville de Wasquehal, Majorité comme Opposition, de décider de maintenir ou non les animations prévues sur notre commune, celles relevant de notre responsabilité.

Face à la menace terroriste qui pèse sur notre territoire, après les attentats islamistes du Bataclan ou de Nice (pour ne citer qu’eux), la seule chose qui compte est la paix civile. Elle exige d’assurer au mieux la sécurité de nos concitoyens.

Mais je tromperais les Wasquehaliens en laissant croire que nous sommes capables d’offrir le « zéro risque ».

Chacun comprend que si nos ennemis ne peuvent plus s’en prendre à une braderie ou à une course à pied, ils passeront à d’autres cibles, par exemple une sortie d’école.

Et si les sorties d’écoles deviennent surveillées par des militaires, ils s’en prendront à un supermarché. Et si les entrées de supermarchés sont filtrées comme des aéroports, ils ouvriront le feu dans une piscine…

Nous ne pouvons pas abandonner toute vie commune et nous barricader dans nos maisons. Nous ne voulons pas vivre dans la peur. Nous voulons garder notre art de vivre, faire notre marché, nous réjouir ensemble aux Allumoirs, applaudir nos enfants à un match de basket, ou écouter un beau concert à la salle Gérard Philipe.

Pour continuer à vivre avec la possibilité du terrorisme, pour ne pas être terrorisé par les terroristes, notre responsabilité face à la sûreté doit être désormais collective.

Nos forces de l’ordre sont sur le qui-vive depuis des mois et des mois, elles assument leur charge avec professionnalisme, d’une manifestation violente à une scène d’attentat.

Je les remercie pour leur courage, et je comprends en même temps les limites de leurs possibilités. En conséquence, je pense que chacun d’entre nous doit désormais prendre sa part de responsabilité.

La Liberté dont nous sommes si fiers n’est pas la licence de faire n’importe quoi, n’importe où, en comptant sur les forces de l’ordre et en se reposant sur l’illusion du Zéro Risque. La Liberté est la capacité de faire ou de ne pas faire : elle consiste à choisir d’aller à un événement public, ou de ne pas y aller.

Choisir d’aller à la braderie de rentrée, au forum des Associations, choisir de prendre un bus, aller à l’église ou conduire les enfants dans nos écoles.

Vous l’avez compris : je ne peux me résoudre à détruire petit à petit notre art de vivre, qui fait notre identité wasquehalienne, nordiste et française.

Je ne suis pas Maire de Lille ou de Nice, et, je le répète, je me garderais bien de juger ou de commenter leurs décisions face aux événements douloureux auxquels nous devons faire face.

Mais une chose est sûre à Wasquehal, j’annonce mes valeurs, et je propose à mes concitoyens ce pacte : je veux que la vie continue, qu’elle éclate au grand jour – si chacun le souhaite.

Là où je le pourrai, je mettrai en place des mesures de sécurité, j’armerai notre Police Municipale dans les tout prochains jours comme je l’ai annoncé en janvier 2016 lors de sa création.

Je maintiens les manifestations prévues sur la commune.

Et je formule le vœu très sincère que tous ceux qui gouvernent la République, quel que soit leur parti, unissent leurs forces pour offrir la Sûreté partout où ils le pourront.

La police doit mettre nos ennemis hors d’état de nuire.

Et c’est à nous, élus locaux et citoyens, de faire fleurir et prospérer notre belle Nation française à Wasquehal, dans tous les espaces de nos vies, sans céder aux intimidations.

Stéphanie Ducret

Publicités